Home - Politique - Amadou Damaro Camara vs Yaya Kaïraba Kaba: le procès du régime Condé!

Amadou Damaro Camara vs Yaya Kaïraba Kaba: le procès du régime Condé!

Dans l’émission « les grandes gueules» de nos confrères d’espace FM ce matin, il y a eu un échange plutôt étrange. Entre le député Damaro Camara et le procureur général de Kankan, Yaya Kaïraba Kaba. C’était autour de la procédure judiciaire qui fait suite à l’incendie des installations de l’entreprise Guiter Mining SA.    

Pour rappel, suite à « l’incendie volontaire» des engins de l’entreprise Guiter Mining SA de l’homme d’affaire Kaba Guiter, à Banakoro, une plainte a été initiée par la victime. Et des personnes mises en cause ont été convoquées et certaines arrêtées dans le cadre de la procédure judiciaire enclenchée à cet effet. Mais c’était sans compter l’influence de la politique dans le fonctionnement de l’administration guinéenne en général, celle judiciaire en particulier.

Cités dans les médias parmi ceux qui s’immisceraient dans la procédure, le député et président du groupe parlementaire du parti au pouvoir, Amadou Damara Camara, c’est de lui qu’il s’agit décide de donner sa version des faits. Toujours dans les médias, notamment à Espace où il réduit à une portion congrue son intervention dans le dossier. Mais non sans «dénoncer» des graves manquements dans l’appareil judicaire guinéen, particulièrement à l’intérieur du pays, précise-t-il.

Des accusations que le ministère de la justice et le parquet général de Kankan ont jugé inacceptables. C’est ainsi que, suite au ministre d’Etat à la justice lui-même précédé par le député revenu à la charge ce jeudi, le procureur de Kankan entre dans la danse.

Dans son intervention, le procureur Kaba dément les propos du député, faisant ainsi des révélations graves sur le parlementaire et dont la façon de faire n’honorent ni la République ni le pouvoir Condé qu’il prétend servir.

«Si vous savez ce qui se passe à l’intérieur, vous n’allez pas parler de la justice… Pas plus tard qu’hier, un juge a demandé cinq millions à un citoyen», charge-t-il… Dénonçant ce qu’il a appelé le «comportement des juges à l’intérieur du pays »

Un passage et d’autres qui ont piqué à vif le procureur général de Kankan qui intervient et dénonce à son tour ce qui n’est ni plus ni moins que du trafic d’influence de la part du député. Dans ses explications, le magistrat révèle que le député lui aurait demandé, au nom du président de la République, d’abandonner la procédure judiciaire concernant le sotikèmo de Banankoro… Révélant avoir reçu  Damaro dans son propre bureau, pendant le députait affirmait avoir rencontré le magistrat dans dehors…

S’en est suivi un échange pour le moins peu amicale et suffisamment révélateur des tares du régime dont c’est le véritable dont il ne pourrait y avoir meilleur procès.

Thierno Souleymane