Home - Société - Colère des femmes à Fria: la préfete, Gnalen Condé persona non grata

Colère des femmes à Fria: la préfete, Gnalen Condé persona non grata

La première autorité de la préfecture de Fria est sur la sellette. Gnalen Condé est devenue indésirable aux yeux des femmes qui ont battu le pavé ce lundi au centre urbain de cette petite ville minière, jadis fleuron de l’industrie guinéenne, mais en proie à toutes les difficultés ces dernières années.

Dans les rues de Fria ce matin, elles étaient plusieurs dizaines ces femmes aux foulards rouges, protestant contre la  préfète de la ville. Gnalen Condé est mise en cause par des femmes qui l’accusent de mauvaise gestion de la chose publique. Notamment les projets de développement communautaire très sollicités, car considérés comme  un moyen pour permettre à la ville se ressusciter après l’arrêt de l’usine en 2012…

La goûte d’eau qui a fait couler le vase reste la validation la semaine dernière, des contrats des entreprises retenues pour bénéficier du fonds national du développement local financé par l’Agence Nationale de Financement des Collectivités dont une partie issue de l’activité minière. Les manifestantes réclament leur part dudit montant dont elles accusent Gnalen Condé d’avoir donné les contrats à des entreprises venues d’autres villes aux dépens de celles de Fria.

Les dames en colère n’en restent pas là. Dans leurs messages, adressés directement à Conakry, elles exigent le départ de la préfète en mettant dans la balance le fameux projet anticonstitutionnel de troisième mandat.

Ce qui permet aux observateurs de comprendre le fait qu’aux dernières nouvelles, Gnalen Condé ait quitté ses bureaux en catastrophe sous les menaces des manifestantes. Alors que les services techniques de la localité soutiennent que le processus de passation des marchés a obéit à toutes les règles.

Guineealerte