Home - Société - Conakry / Senacip 2018: débat citoyen dans les communes autour de l’insalubrité

Conakry / Senacip 2018: débat citoyen dans les communes autour de l’insalubrité

La problématique de l’insalubrité étaient au centre des débats ce samedi 22 décembre dans les communes de Conakry. Elus locaux, représentants des associations de jeunes et femmes intervenant dans  l’assainissement étaient mobilisés, à l’occasion, pour échanger su la question; et envisager des pistes de solutions contre ce mal qui assaille la capitale guinéenne.   

A Matam par exemple, le maire Seydouba Sacko a soutenu que la célébration de la Semaine du civisme constitue sans nul doute une préoccupation  de chaque autorité ou citoyen. Il a dit toute la nécessité de l’engagement de chacun et de  tous, pour une large sensibilisation autour du respect des symboles de la République et la de sauvegarde des biens.

Poursuivant, M. Sacko, nouvellement élu à la tête de la commune de Matam, s’est engagé à soutenir tous les programmes visant à rendre son territoire salubre. «Je lance un appel patriotique à tous les citoyens de cultiver l’amour de vivre avec un cœur sain dans un environnement sain.  Je voudrais vous  rassurer de notre ferme  volonté de soutenir tous les programmes dans le cadre de la citoyenneté », déclare-t-il.

Pour sa  part, l’administrateur général de l’ONG Balai citoyen,  Sékou Koundouno a noté que c’est une rencontre capitale qui doit pousser chacun à apporter sa partition. «La Cellule Balai Citoyen, par cette rencontre, compte mettre tous les acteurs ensemble pour réfléchir et proposer des solutions », suggère Koundouno. « Il nous revient après, de transmettre les différentes recommandations à la collectivité de Matam et au Gouvernement», poursuit-il.

Quant à la Coalition Nationale de Guinée pour les droits et la citoyenneté des femmes (CONAG-DCF), elle propose une organisation mieux structurée, dans une synergie d’actions pour  mettre fin à l’insalubrité. « Il  faut que les directives viennent du gouvernement. Pour les actions programmées, il faut que le plan soit bien clair. Les vendeurs dans les rues et les familles doivent être identifiés et être informés que le transfert d’ordures est à payer. Il faut trouver des contrôleurs qui vont superviser. Et les plastiques qui polluent Conakry sont produits par les sociétés qui ne payent rien contre l’insalubrité.   Tous ces maux sont à combattre par une stratégie qui implique  les autorités et acteurs de la société civile. La Guinée n’a pas besoin des partenaires pour combattre l’insalubrité. Il faut seulement mettre une bonne stratégie qui touchera tout le monde », a enseigné madame Binta Nabé, présidente  de cette ONG.

Procédant au lancement des échanges à Matam, Alhousseny Thiam, Secrétaire général du Ministère de l’Unité Nationale de la Citoyenneté est tout d’abord revenu sur le thème choisi « 60 ans d’indépendance, une obligation de mémoire citoyenneté ».

Un thème qui, selon lui, vise à rappeler à la jeune génération que les devanciers qui ont conduit la Guinée à l’indépendance ont consentis assez de sacrifices. « C’est pourquoi cette semaine est dédiée à tous les Guinéens pour qu’ils sachent que dans l’unité,  ils pourront vivre dans la joie ».

A la fin de ce débat citoyen qui étaient programmés dans  les cinq communes de la capitale, les panelistes ont formulé  des recommandations qui, si elles sont mises en œuvre, pourront permettre de débarrasser Conakry de ses tas de d’immondices.

A rappeler que la journée de ce samedi, marquant la 6ème journée de la Semaine nationale de la Citoyenneté et de la Paix, a été clôturée par un match de gala qui a opposé des jeunes de Matam Lido. Une rencontre sportive au cours de laquelle des notions de civisme ont été rappelées aux protagonistes et au public sportif mobilisé à cet effet.

Par Mouctar Kalan Diallo pour l’AGUIPEL