Home - Politique - Forcing du pouvoir à Matoto: Chérif Diallo dénonce le manque d’engagement des responsables de l’ufdg

Forcing du pouvoir à Matoto: Chérif Diallo dénonce le manque d’engagement des responsables de l’ufdg

  1. La colère des militants de l’ufdg suite au forcing du pouvoir en vue d’occuper la mairie de Matoto ne retombe toujours pas. Très remontée, la base du principal parti de l’opposition guinéenne ne pardonne pas ce qu’il appelle «manque de détermination» des dirigeants de celui-là vis à vis du régime en place.
  • Ils sont de plus en plus nombreux ces jeunes du parti dirigé par Cellou Dalein Diallo à douter de l’engagement de «certains responsables» de leur formation politique. Parmi ces militants en colère, Chérif Diallo ne cache pas sa déception. Choqué du fait que l’ufdg se soit laissée faire, dans l’entretien qu’il a accordé Guineealerte.co m, il trouve encore plus inacceptable le volte face de dernière minute qui emmène le parti à créer le vide jeudi dernier au lieu d’empêcher la reprise de l’élection du maire «déjà élu» le 15 décembre…

En réunion du parti, explique-t-il,  la décision avait été prise: «tous les conseillers devaient se rendent à la mairie en vue d’empêcher une autre élection du maire». Comme pour retourner l’ascenseur au pouvoir qui a d’abord perturbé, ensuite annulé le vote du candidat de l’opposition, Kalémodou Yansané qui avait recueilli la majorité des voix (23/45) contre son challenger venu du parti au pouvoir (RPG)…

Une fracture entre la base et l’élite de l’ufdg.

Ce rétropédalage des responsables de l’ufdg à Matoto fait encore des vagues. Chrif Diallo, à l’image de nombreux militants encore très remontés, dénoncent un manque de courage de la classe dirigeante. Il n’y va pas de mains mortes et interpelle les cadres prompts à bondir sur les postes et autres privilèges sans être prêts à aller au charbon quand c’est nécessaire. Et son appel est sans équivoque: «il ne faut pas dire que c’est seulement les militants à la base qui méritent de faire la prison ou de prendre les matraques ou les balles…», suggère-t-il. Et de dénoncer le fait que « parmi les députés présents à Conakry, seule l’uninominale de Mamou, Diessira Traoré, se soit rendue à Matoto.

Cela, en dépit de l’appel lancé parle président du groupe parlementaire les libéraux-démocrates de l’UFDG, Fodé Oussou Fofana en personne…

Thierno Souleymane

Guineealerte.com