Home - Politique - Maturité politique: Comme Ousmane Gaoual Diallo inspire…

Maturité politique: Comme Ousmane Gaoual Diallo inspire…

Encore une fois il était attendu. Encore une fois Ousmane Gaoual Diallo a répondu présent, alors qu’à sa place, dans de telles circonstances, beaucoup donneraient leurs langues aux chats. Mais l’intrépide soldat ne se contente pas d’être là. Il a aussi démontré, si besoin en était, qu’il  en faut plus pour ébranler un homme au mental d’acier.

Avec lui, l’opinion apprend toujours. Ousmane Gaoual l’a prouvé hier encore lors de son passage plutôt osé dans l’émission « les grandes gueules » chez nos confrères d’espace FM. Pari gagné car là  où tout le monde le voyait se noyer dans une résistance stérile, le député uninominal de Gaoual s’en sort avec brio.

Pour rappel, tout est parti d’un discours que le coordinateur de la cellule de communication de l’ufdg  a tenu il y a un peu plus d’une semaine au siège du principal parti de l’opposition guinéenne. Devant les militants du parti dirigé par le Chef de file de l’opposition, en assemblée générale, Ousmane Gaoual aborde le glissement électoral tant redouté dans l’opinion et au sein de la classe politique.

Pour marquer l’intransigeance des Guinéens face au laxisme du pouvoir dont l’envie de rester encore aux affaires en violation de la constitution est désormais un secret de polichinelle, le député et patron de la communication de l’UFDG envisage une «installation de Cellou Dalein Diallo à Sékoutouréa par la force », au cas où le régime Condé n’organiserait pas les élections fin 2020.

Des propos «incompris» qui lui ont valu des critiques les plus acerbes, dans l’opinion et surtout de la part adversaires déclarés ou occultes qui s’en sont donnés à cœur joie.

Même le président du parti, Cellou Dalein Diallo ne l’a pas ménagé. Tel un général qui lâche son soldat en difficulté, le leader de l’UFDG désavoue le député Ousmane publiquement. Dans une émission  de grande écoute, sur TV5, sans sourciller, l’ancien premier ministre se désolidarisede celui qui va souvent au charbon pour défendre son parti. Un couteau à double tranchant qui a visiblement laissé des traces. En témoignent les critiques au sein de l’opinion où certains n’ont pas hésité à parler d’une sortie médiatique ratée de Cellou Dalein à l’international.

Mais c’était sans compter la maturité, la force de persuasion et l’intelligence du célèbre et digne fils du Kébou, du Kaadè et du kinsi-Kötè. Le député mis en cause, contre toute attente décide de reprendre la parole pour préciser ses propos et rassurer l’opinion. Pour cela, il choisit «les grandes gueules», émission de grande écoute et un jour pas ordinaire dans le paysage médiatique guinéen.

En homme politique averti, il joue la carte de l’apaisement. Commençant par admettre qu’il n’avait pas réussi à se faire suffisamment comprendre. Comme pour dire qu’il peut arriver qu’Ousmane Gaoual aussi fasse erreur y compris en communication. Et surtout dans un contexte comme celui de la Guinée…

« Je suis désolé », entame-t-il, et de poursuivre, «je ne parlais pas d’institution militaire, mais de coup de force populaire dans mes idées.» Une preuve de grandeur d’âme et d’esprit, reconnaîtrons les observateurs. Mais comme il n’est pas du genre à se contenter du minimum, le député enchaine :« …Maintenant que cela ait été mal perçu, je comprends parfaitement »…

Plus loin, il insiste : « …«moi-même, je n’aurai pas été d’accord si s’agissait d’un coup d’Etat militaire. Mais, ce n’est pas dans mon esprit, c’est pour ça je dis, que nous restons dans le combat démocratique, souhaitons que tout se passe dans l’esprit de la loi et que je suis allé dans l’idée de dire: oui les populations seraient intervenues… Maintenant que ça été perçu comme un coup d’Etat, parce qu’on est dans un pays de brutalité, oui je regrette ces propos. Mais ce n’est pas l’esprit évoqué dans cette phrase »

Toutefois, l’invité des «grandes gueules» rappelle à ceux qui ont la mémoire courte, que pendant ses années d’opposants, l’actuel Chef d’état dans une vidéo qui fait encore le tour des réseaux sociaux, faisait l’apologie des coups d’Etats. Et qu’Alpha Condé, actuellement  entouré d’anciens rebelles et ne peut pas s’ériger en donneur de leçons sur le respect des institutions démocratiques.

Ce n’est pas tout. Sa réaction à ce qui est perçue comme un désaveu de la part de son patron est la cerise sur le gâteau. A ce niveau, le vice président de la commission défense de l’assemblée nationale pense d’abord au parti et joue collectif. Pendant que plus d’un dans de telles circonstances seraient préoccupés par leur seul et unique sort. Tout ce dont sa famille politique n’a pas besoin maintenant.

Ainsi, l’uninominal de Gaoual fait preuve d’esprit de sacrifice et coupe court. Admettant que «…c’est le rôle du président de l’UFDG de remettre les pendules à l’heure, lorsqu’il estime qu’un de ses cadres a fait ou dit quelque chose qui soit en décalage avec ce qui est notre institution, l’UFDG ».

Comme pour dire qu’Ousmane Gaoual, c’est l’expertise que tout le monde lui reconnaît mais c’est aussi l’esprit de discernement d’un cadre respectueux de la hiérarchie. Une leçon d’humilité, de sérénité et de maturité politique dont devrait inspirer au-delà de la classe politique !

Thierno Souleymane