Home - Politique - Violences à Wanindara: Cette précision de la police judiciaire ne passe pas inaperçue

Violences à Wanindara: Cette précision de la police judiciaire ne passe pas inaperçue

La terreur continue de s’abattre sur les populations de Wanindara, après les violences enregistrées dans ce quartier de la banlieue nord de Conakry la semaine dernière. Des gamins et sages sont en détention dans les geôles du pouvoir à la recherche d’un bouc émissaire pour justifier l’injustifiable. 

Vingt et cinq (25) personnes, essentiellement des gamins et une fille, tous aux visages innocents au propre comme au le figuré, sont présentées par la police comme accusées de l’assassinat d’un policier la semaine dernière. Parmi ces personnes en arrestation, un muezzin…

Pour rappel, ces arrestations sont intervenues en représailles à la mort d’un agent de la police tué dans ce quartier lors des exactions exercées à Wanindara où des jeunes ont violemment réagi à l’assassinat par balles de deux de leurs par des hommes en tenue militaire. Le pouvoir les présente comme les responsables des dégâts humains et matériels causés dans ce quartier situé à Ratoma, commune réputée être un bastion imprenable de l’ufdg, principal parti de l’opposition.
Comme à son habitude, c’est la télévision nationale qui montre le spectacle à la fois désolant et humiliant pour la Guinée… Devant eux, des armes blanches dont des ciseaux soigneusement disposés …
«… Ils nous ont été conduits par la CMIS no 1… Ils ont été interrogés le même jour et lors de leur audition, ils ont tous nié en bloc les faits qui leur sont reprochés. Personne n’a reconnu les faits, même les armes blanches que vous voyez là, personne d’eux n’a reconnu être propriétaire ou détenteur d’une arme», explique le responsable des investigations à la direction de la police judiciaire.

Et le commissaire Abdel Nasser Condé de préciser, que: « ce n’est pas nous qui les avons arrêtés, ils nous ont été conduits par la CMIS, ils sont au nombre de 25 et ils vont maintenant là être déférés au Parquet ».
Passage qui ne passe pas inaperçu dans une affaire où le pays est en passe de renouer avec les complots, pratiques des années sombres de la dictature.
Thierno